Le palmier

(d'après "Orival, un siècle 1890-2000" de Michel Gosse)
     Entre 1901 et 1902 M. Hippolyte Saint Amand, au cours de réunions d'information signale la pousse en pleine terre d'un palmier près de la Roche du Pignon.

     Au delà du spécimen en lui même, peu commun dans la région et à cette époque, il est clair que sa pousse dépeint totalement des conditions climatiques régnant à Orival; à la Roche du Pignon, l'exposition vers le sud et de même, la protection des vents dominants sont maximales. Ce qui peut expliquer pourquoi on appelle Orival "la Nice Normande".
     Mais cet arbre cache une foret d'espèces particulières, ainsi le long du GR2 on peut constater la pousse de figuiers, cornouillers, etc. De même, à l'extrémité de la roche Fouet, on trouve un "double" spécimen de chêne pubescent autant d'espèces qu'il est assez improbable de trouver ailleurs dans la région et au nord de la Loire en France.