L'île Corneille

(Extrait de "Orival, un siècle 1890-2000" de Michel Gosse)
     "L'une des rues d'Orival s'appelle Rue Pierre et Thomas Corneille. M. Saint-Denis a donné des précisions sur la présence de la famille Corneille à Orival. Voici ce qu'on peut lire dans Le journal Industriel Elbeuvien : Thomas Corneille était écuyer et se disait sieur de l'Isle. Ce titre viendrait de la propriété de l'île de la Litte achetée par Pierre Corneille, père de Pierre et Thomas. Ce nom Litte viendrait de la Litre ou la liste signifiant la lisière. Cette propriété d'une surface de 5 vergées*, soit 6837 m², aurait été cédée au père des frères Corneille le 15 juin 1642 par l'Abbaye de Saint-Ouen à Rouen propriétaire d'un fief s'étendant du quai d'Orival (le Gravier probablement) à Saint-Adrien au ruisseau du bucquet (NdWm : aujourd'hui le Becquet). Mais laquelle de nos îles s'appelait la Litte avec une surface d'environ 0,7ha ? Nos 6 îles s'appellent, par ordre de grandeur, La Grande Ile avec 25ha l'île Osier avec 2,5ha, l'île Galet qui lui ai parallèle avec 1,6ha, les îles Fréret et Duroc également parallèles avec respectivement 0,75ha et 0,70ha, enfin la plus petite, à coté de la Grande Ile, l'île Motelle avec 0,4ha.
     Si l'on considère que les frères Corneille possédaient une île entière en propriété, on peut penser que c'est l'île dénommée actuellement "l'île Duroc" qui leur appartenait. Cependant il faut savoir que la grande île était formée, il y a plusieurs décennies, de 4 îles au moins dont les noms subsistent encore : île Rivet, la plus petite, île Hédouin, île Colimaille et Grande Ile enfin. Ces îles étaient séparées par des canaux, assez étroits, qui se sont comblés, et qui se remarquent encore sous la forme de dépressions. On peut remarquer que les noms de ces îles doivent provenir des noms des familles des possesseurs, passés ou présents, A noter que l'île Galet se trouve sur le territoire de Saint Aubin et que l'extrémité Est de la Grande Ile appartient à Oissel."

 

     Voilà une somme de renseignements très précieuse, l'anecdote semble assez "sympathique" et l'idée que l'île Duroc ait appartenu au frères Corneille me plait beaucoup, mais il semblerait que leur île, a pu se situer dans un très long intervalle entre Orival et Saint-Adrien, le profil des îles ayant énormément changé ne serait ce qu'en un siècle, on peut imaginer que l'héritage Corneille peut être une autre île. Si l'on observe actuellement, les îles entre Saint-Adrien et Tourville-la-Rivière continuent à s'envaser au gré des marées et des courants et ainsi à se réunir, la végétation pousse etc... De même aujourd'hui la grande île, et l'île Fréret, ne sont plus ni des îles ni des presqu'îles (contrairement à la carte ci dessus) mais bien des berges propres de la Seine, élargissant ainsi la bande de terre entre falaise et fleuve. Il est à noter que ces bandes de terre se trouvent inondées environ tous les 10 ans lors de la combinaison de fortes précipitations sur le bassin hydrologique de la Seine et de forts coefficients de marée.